God of war : Le renouveau d’un mythe

Le plus grand personnage de l’histoire du jeu vidéo est de retour : Kratos, lassé de poser ses énormes couilles spartiates sur le visage des Dieux, Titans et autre créature grecque est allé s’installer dans le Nord, a Midgard, terre des divinités nordiques. Posé dans une cabane en bord de rivière on sait qu’il a enfanté et qu’il est veuf. Point, démerdez-vous avec ça.

Narration exemplaire

Subtilité. La narration de cet opus est aux petits oignons et nous est contée grâce à notre duo familial : Kratos et Atreus. On obtient les réponses à toutes nos questions au fil du jeu : Qui était la mère d’Atreus, pourquoi Kratos est venu à Midgard, la taille de bonnets de la Sorcière… hein quoi ?

Le jeu s’oriente autour de la relation entre Kratos et son fils couplée à des PNJ fabuleux (#TeamMimir) qui accompagnent nos héros partiellement dans leurs péripéties ; ils brillent de pertinence pour nous expliquer leur environnement (re#TeamMimir) toujours avec humour et second degré, extrêmement rafraichissant par rapport à la brute impassible qu’est Kratos. Mention spéciale aux nains qui ont des ateliers répartis un peu partout dans Midgard sur lesquels on tombe en mode « Ah vous êtes là vous ? ».

La DDASS en PLS

Kratos est un tueur de Dieux qui se retrouve mère célibataire du jour au lendemain. On peut se dire qu’il y a mieux pour le gamin : il est intelligent, cultivé, polyglotte et tombe avec un berserker bon qu’à désosser tout ce qui bouge. C’est parfait en fait : dans le Midgard il faut faire parler ses muscles avant la tête. Ce monde est peuplé de créatures nordiques comme les trolls, les daugrs et des saloperies comme les Cauchemars (noms parfaits pour ces merdes). Elle vous donneront du fil à retordre mais rien de vraiment insurmontable pour Kratos, encore moins pour Atreus (il est invincible).

Se battre à la hache ou pas

Ça avait fait jaser mais notre héros albinos préféré ne se bat plus avec ses fameuses Lames du Chaos qu’il a troqué pour une hache boomerang. Les haters fidèles à la Grèce antique devront se contenter d’un pan de jupe spartiate.

Avant de parler combat, la hache est déjà présente pendant notre exploration : elle nous permet de résoudre les petites énigmes nous barrant la route pendant notre périple, accéder à des coffres et autres items à collecter. La hache est d’une violence phénoménale : combos, exécution ou lancer sont synonymes de variété dans le combat.

L1 est votre ami : parer avec le bouclier est mon activité favorite dans ce jeu : satisfaction de bloquer une attaque ennemi et grâce à la mise en scène avec un bruit sourd et un ralenti. Par contre il n’est pas améliorable et sert uniquement à se protéger et à contrer quand les armes et protections ont des runes. Un peu dommage à mon goût (en même temps écrire un article avec une main dans le slip ne fait pas de moi un développeur)

Le mode « rage spartiate » procure un bonheur incommensurable notamment en bourinant les R1 face à une revenante… Quel pied putain, ça me rappelle quand j’avais crevé les pneus de mon beau-père après qu’il m’ai battu à Fifa. Ah l’école primaire…

dildo de la guerre

Un truc sympa aussi : le jeu n’a aucune transition. On passe des cinématiques au gameplay comme une lettre à la poste (expression souvent utilisé par mon ancien beau-père, je vous laisse deviner les circonstances). C’est particulièrement fabuleux lors du premier boss du jeu.

Atreus ou Blitzcrank ?

Et oui le gosse vous aide en combat en allumant les ennemis de flèches affutées comme Ben Arfa en 2008. Quand vous êtes mal en point il vous soigne. … Il est utile et invincible. Le compagnon idéal depuis Clank.

GOD OF WAR : ne surtout pas passer à côté…

Le dildo de la guerre (fou rire dans la salle) est le jeu de l’année : une histoire prenante, des héros charismatiques, des graphismes démentiels dans un monde semi-ouvert vaste et vivant.

Et la suite ? Ce jeu a connu le meilleur départ d’une licence Sony devant Uncharted 4. Ce succès commercial confirme que le jeu aura une suite (pas forcément car on a déjà des éléments présents dans le jeu qui teasent la suite) oui mais je préfère mettre en avant le côté marchand pour voir plus loin, ça évite de trop spoiler (ok mais c’est intéressant de noter que les développeurs n’aient pas attendus d’être rentables pour y penser) Ca se défend mais… (Bordel on est à l’heure des pay-to-win des loots box et au milieu de tout ça un studio nous pond un jeu qui ne doit son succès qu’à sa qualité intrinsèque et toi tu mets en avant le côté commercial, c’est afflig…) Bon je te laisse je suis en pleine guerre des clans sur Clash Royale (Deck Golem + Sorcière de la nuit ?) Tu connais (Oklm).

Cette conversation entre 2 de mes personnalités montre une chose : aujourd’hui certains « gamers » sont frileux pour investir 70€ dans une expérience unique tout en mettant 10 € par mois dans une application mobile au contenu éphémère (étude calmement inventée par mes soins mais un peu vraie).

SPOIL ENORME :

Plus tôt j’indique que les Lames du Chaos ne sont pas dans le jeu et ce n’est évidemment pas le cas. Le but de cet article est de présenter mon ressenti sur ce jeu tout en évitant de spoiler une partie des évènements. Or pour moi, ce passage du jeu (Arrivée chez la Sorcière avec le gosse malade, Kratos qui rentre chez lui avec les visions d’Athéna, retrouve ses lames puis défonce une armée de « morts vivants glacés ») est tout simplement un des moments les plus mémorables de l’histoire du jeu vidéo. Donc se faire spoiler dans un article à la con comme le mien ça la fout mal (même si je n’aurai peut-être jamais un lecteur même ma mamie n’en a rien à carrer).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s